skip to Main Content

27 septembre 2004

MONTRÉAL – Les organisateurs du Prix Elinore et Lou Siminovitch de théâtre et le commanditaire fondateur, BMO Groupe financier, ont dévoilé aujourd’hui les noms des cinq metteurs en scène canadiens qui composent la liste restreinte des candidats au prix de 100,000$, le plus important prix de théâtre canadien. Le prix sera décerné le 26 octobre prochain.

Les 5 finalistes ont été sélectionnés parmi les 59 metteurs en scène qui avaient été mis en nomination, soit le plus grand nombre de candidatures jamais soumises à ce prix. Les finalistes sont : Lois Brown (St. John’s, T.-N.), Martin Faucher (Montréal, QC), Éric Jean (Montréal, QC), Jillian Keiley (St. John’s, T.-N.) et Alisa Palmer (Toronto, ON).

« Le jury a été impressionné par l’ampleur du talent des candidats de cette année, a déclaré Leonard McHardy, président du jury du Prix Siminovitch de théâtre 2004. Nous avons constaté avec beaucoup d’intérjt la grande diversité des styles de travail dans l’ensemble du pays. Les cinq metteurs en scène que nous avons sélectionnés illustrent d’ailleurs parfaitement la diversité de ces styles. »

Outre Leonard McHardy (Toronto, ON), le jury était composé de Marie-Hélène Falcon (Montréal, QC), cofondatrice, directrice générale et directrice artistique du Festival de Théâtre des Amériques; Robert Wallace (Toronto, ON), dramaturge et professeur d’anglais et d’études d’art dramatique à l’université York; Mary Walsh (St. John’s, T.-N.), metteur en scène, dramaturge et comédienne; et Bob White, (Calgary, AB), directeur artistique de la compagnie Alberta Theatre Projects de Calgary.

Les jurés ont évalué les facettes suivantes de l’œuvre de chaque candidat : originalité, souci d’évolution, maturité croissante, expérimentation continue, accueil du public et influence exercée chez les plus jeunes artistes. Ils ont également tenté de déterminer si l’artiste en était à une étape de sa carrière où la reconnaissance et les ressources liées au prix pourraient avoir un effet marquant en l’encourageant et en lui donnant les moyens de poursuivre son œuvre.

« Au nom de BMO Groupe financier, j’aimerais féliciter les metteurs en scène exceptionnels sélectionnés comme finalistes du Prix Siminovitch de théâtre 2004. Le jury a étudié un nombre considérable de candidatures cette année et je remercie tous les jurés pour le temps précieux qu’ils ont consacré à cette tâche et le sérieux de leur réflexion », a déclaré Tony Comper, président et chef de la direction de BMO Groupe financier.

« Le Prix Siminovitch de théâtre a vraiment atteint sa maturité, comme le montrent non seulement l’extraordinaire réponse à l’appel de candidatures, mais aussi l’incroyable diversité des talents qui proviennent de toutes les régions du Canada. »

À propos des finalistes –

Lois Brown
Lois Brown a dirigé les premières de pièces écrites par les Terre-Neuviens Ed Riche, Joel Hynes et Sherry White, entre autres. En 2004, elle a mis en scène le spectaculaire Barred Bard Chick Tells All in Shakespeare’s Women, de Berni Stapleton, ainsi que Funny Things Have Happened in My Life, de Lizz Pickard. Elle a été directrice artistique de la RCA Theatre Company, où elle a produit Still Alive, d’Andy Jones, ainsi que les premières œuvres professionnelles de Jill Keiley. Elle a aussi mis en scène plusieurs spectacles de Rick Mercer à ses débuts. Lois a étudié la mise en scène à l’université de l’Alberta, dont elle a été diplômée en 1977. De retour chez elle, elle a été influencée par l’expérimentation et la passion des compagnies Neighbourhood Dance Works et Codco. En 2000, le film The Bingo Robbers, qu’elle a écrit et réalisé en collaboration avec Barry Newhook, lui a valu plusieurs prix de mise en scène et d’écriture, mais les présentations en direct la fascinent toujours et c’est au théâtre qu’elle réalise la plupart de ses expériences.

Martin Faucher
Martin Faucher est diplômé de l’Option-théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe et il a mis de nombreuses pièces en scène au cours des 15 dernières années. Il a collaboré pendant huit ans avec le Centre des auteurs dramatiques (CEAD), dont il a été vice-président pendant trois ans. Il fait également partie du conseil d’administration du Fonds Gratien-Gélinas, une fondation qui se consacre à la promotion de la nouvelle génération d’auteurs dramatiques québécois. En outre, Martin enseigne régulièrement dans les écoles de théâtre du Québec. Ces dernières années, il a mis en scène, dans divers théâtres de Montréal, des pièces de Carole Fréchette, Lise Vaillancourt, Jasmine Dubé, Pierre-Michel Tremblay, Sylvain Coron et Larry Tremblay, en plus de revisiter des œuvres de Molière, Corneille, Claudel, Albee, McDonagh et, plus récemment, Charles Ludlam.

Éric Jean 
Éric Jean a enseigné au Mexique et à l’école nationale de théâtre du Canada, dont il a été adjoint à la direction artistique pendant trois ans. Il a également fait partie de comités consultatifs pour le Conseil des Arts du Canada, le Festival de théâtre des Amériques et le Théâtre du Rideau Vert. Au printemps 2004, il a été nommé directeur artistique et codirecteur général du Théâtre de Quat’Sous à Montréal. Metteur en scène de métier, il s’interroge sans relâche sur ses méthodes de création. Ses prochaines productions prendront l’affiche à l’école nationale de théâtre du Canada, au Théâtre du Bic et au Trident.

Jillian Keiley
Jillian Keiley, la fondatrice et directrice artistique de la compagnie Artistic Fraud of Newfoundland, a été la lauréate du prix John-Hirsch de 1998 du Conseil des Arts du Canada et a été nommée artiste de la relève de l’année 1996 par le Newfoundland and Labrador Arts Council. Parmi les productions préférées d’Artistic Fraud Productions, mentionnons In Your Dreams Freud, Under Wraps: A Spoke Opera, The Cheat, Burial Practices, Jesus Christ Superstar, The Chekhov Variations, Icycle , et Belly Up . L’an dernier, Jillian a dirigé les tournées canadiennes de Jack Five Oh, pour la compagnie Sheila’s Brush, et Tempting Providence , pour la compagnie Theatre Newfoundland Labrador, deux pièces qui parcourent le monde cette année. Jillian enseigne également à l’université Memorial et à l’école nationale de théâtre du Canada.

Alisa Palmer
Alisa Palmer travaille comme metteur en scène dans de nombreux théâtres, petits et grands, dans tout le pays, présentant principalement de nouvelles œuvres canadiennes mais aussi des classiques. Récemment, elle a dirigé une comédie musicale des années 1930, Pal Joey , ainsi que la première canadienne de Diana of Dobson’s , de Cicely Hamilton, au Shaw Festival. Elle a aussi dirigé la première canadienne de Private Jokes/Public Places au Tarragon Theatre. Parmi ses projets, mentionnons la comédie musicale plusieurs fois primée Anything That Moves , d’Ann-Marie MacDonald et du compositeur Allen Cole, SIBS , de Diane Flacks et Richard Greenblatt, une création qui fera ensuite une tournée canadienne, et Smudge , d’Alex Bulmer, la première pièce professionnelle canadienne écrite par un dramaturge aveugle. Alisa a réalisé la mise en scène de Goodnight Desdemona (Goodmorning Juliet) , interprétée par l’auteur, Ann-Marie MacDonald. Elle est également coauteur de The Attic, The Pearls & 3 Fine Girls (Scirocco Press). Comme auteur dramatique, elle a reçu, pour ses œuvres individuelles et collectives, deux prix Chalmers. Alisa fait aussi la mise en scène d’opéras contemporains, dont le plus récent est Sirene/Sirenes , une œuvre chorégraphiée, bilingue, interprétée a cappella par six sopranos et produite par le Queen of Puddings Music Theatre. Elle est la cofondatrice et codirectrice de Froth Productions, une compagnie de performances interdisciplinaires dont les spectacles primés ont été présentés dans des théâtres, des séminaires universitaires et des magasins en faillite.

Créé en 2001, le Prix Siminovitch de théâtre porte le nom de Lou Siminovitch, un éminent scientifique, et de sa regrettée épouse Elinore, qui était dramaturge. Commandité par BMO Groupe financier, le prix de théâtre annuel le plus richement doté du Canada est attribué en alternance, sur un cycle de trois ans, à un metteur en scène, à un dramaturge et à un scénographe. En 2001, année de son lancement, le prix a été remis au metteur en scène Daniel Brooks; en 2002, il a été décerné à la dramaturge Carole Fréchette; en 2003, à la scénographe Louise Campeau. Le lauréat reçoit 100,000$, une somme dont il doit remettre 25,000$ à un protégé ou à un organisme de son choix.

Personne-ressource: Lucie Gosselin, lucie.gosselin@bmo.com, (514) 877-1101

Internet: www.prixsiminovitch.com

Back To Top
×Close search
Rechercher