skip to Main Content

28 février 2002

Montréal, Québec – Le metteur en scène primé Bill Glassco , a été nommé aujourd’hui président du jury chargé de sélectionner le lauréat du Prix Elinore et Lou Siminovitch de théâtre de cette année. Le prix de 100 000 $ – le plus important à être attribué dans le monde du théâtre au Canada – sera décerné cette année à un dramaturge canadien qui a «contribué de façon significative à la vitalité du théâtre au Canada». Natif de Québec, M. Glassco est fondateur du Tarragon Theatre de Toronto, a été codirecteur artistique fondateur de Canadian Stage et, plus récemment, a fondé la Montreal Young Company.

Tony Comper, président du conseil et chef de la direction de la Banque de Montréal, commanditaire en titre du prix Siminovitch, a applaudi le choix de M. Glassco. «Il n’y a aucune facette du théâtre canadien, que ce soit en français ou en anglais, que M. Glassco n’ait touchée ou influencée. Nous sommes ravis et honorés qu’il ait accepté de diriger ce jury».

Les noms des quatre autres distingués membres de la scène théâtrale canadienne qui feront partie du jury ont également été dévoilés aujourd’hui. Il s’agit de :

Nicola Lipman – l’une des plus réputées comédiennes de la région de l’Atlantique, elle a joué au théâtre d’un océan à l’autre, ainsi qu’à la radio et à la télévision

Leonard McHardy – acteur et metteur en scène, et copropriétaire et cofondateur de TheatreBooks Ltd. de Toronto, une importante source de livres sur les arts de la scène au Canada

John Murrell – dramaturge de Calgary, ses œuvres ont été traduites en 15 langues et jouées dans plus de 30 pays. Il est directeur artistique et chef de production du théâtre au Banff Centre

Maryse Warda – traductrice littéraire, elle est active sur la scène théâtrale montréalaise depuis plus de dix ans. Elle a initié le public francophone à de nombreuses pièces de dramaturges canadiens anglais par le biais de productions du Théâtre de Quat’Sous de Montréal

«Mes collègues et moi sommes investis d’une responsabilité impressionnante, commente M. Glassco. Il y a une telle panoplie de dramaturges talentueux au Canada qu’il nous sera terriblement difficile de n’en sélectionner qu’un pour ce prix. Un merveilleux défi nous attend.»

Le jury accueillera les mises en candidature de dramaturges canadiens «en milieu de carrière dont l’ensemble de l’œuvre a contribué de façon significative à la vitalité du théâtre au Canada». Le jury étudiera les aspects suivants de l’œuvre de l’artiste : «originalité, souci d’évolution, maturité croissante, expérimentation continue, accueil du public et influence exercée chez les plus jeunes artistes». Le jury évaluera également si l’artiste en est à une étape de sa carrière où «la reconnaissance et les ressources liées à ce prix auront un grand effet, lui donnant les moyens de poursuivre son œuvre».

Tout le monde peut présenter une mise en candidature pour le prix. Les formules de mise en candidature sont disponibles dans la plupart des centres d’arts d’interprétation du Canada, ainsi qu’en ligne à l’adresse www.siminovitchprix.com. La date limite de présentation des candidatures est le 31 mai et le prix sera attribué le 28 octobre .

Saluant la création du prix Siminovitch, la dramaturge Yvette Nolan, ancienne présidente de la Playwrights Union of Canada, a souligné que «en plus de reconnaître l’apport de l’artiste à la vie théâtrale, le prix témoigne de sa contribution au tissu même de la société canadienne dont le théâtre fait partie intégrante depuis toujours. Le soutien de la Banque de Montréal à l’égard d’un prix aussi important et aussi significatif témoigne d’une bonne compréhension de l’importance du rôle des arts dans la qualité de vie des Canadiens».

Créé l’an dernier, le prix doit son nom au célèbre scientifique Lou Siminovitch et à feu son épouse Elinore, qui était dramaturge. «Le prix célèbre la passion de Elinore et de Lou pour l’excellence et l’encouragement qu’ils n’ont jamais cessé de témoigner aux autres, commente M. Comper. Les idéaux d’excellence et de foi dans le mentorat comptent parmi les valeurs les plus précieuses de la Banque de Montréal».

Le prix annuel est attribué en alternance à des metteurs à scène, à des dramaturges et à des scénographes. Le lauréat reçoit 100,000$, dont 25,000$ vont à un protégé ou à un organisme du choix du gagnant. L’an dernier, année d’inauguration du prix, celui-ci a été décerné à Daniel Brooks, un metteur en scène que Urjo Kareda, le président du jury de l’an dernier, a décrit comme étant «l’une des étoiles les plus brillantes du firmament de la scène théâtrale canadienne», ainsi qu’à son protégé, Chris Abraham. Assisté de M. Abraham, Daniel Brooks dirige présentement la production de sa pièce The Good Life dont la première aura lieu à Toronto le 5 mars.

Back To Top
Rechercher