skip to Main Content

Des metteurs en scène de Toronto, Edmonton et Vancouver sont en lice pour le prix de 100,000$, le plus important prix de théâtre canadien.

MONTRÉAL, le 4 octobre 2010

BMO Groupe financier, commanditaire du Prix Elinore et Lou Siminovitch de théâtre 2010, a annoncé aujourd’hui les noms des six metteurs en scène canadiens retenus comme finalistes 2010 pour le plus important prix de théâtre canadien. Ces finalistes sont :

  • Kim Collier, Vancouver, Colombie-Britannique
  • Ron Jenkins, Edmonton, Alberta
  • Ross Manson, Toronto, Ontario
  • Alisa Palmer, Toronto, Ontario
  • Soheil Parsa, Toronto, Ontario
  • Jennifer Tarver, Toronto, Ontario

Les six finalistes ont été sélectionnés parmi 19 metteurs en scène canadiens dont les candidatures avaient été soumises.

« Au nom de BMO Groupe financier, j’aimerais féliciter les six finalistes pour leur créativité, leur esprit novateur et leurs contributions à l’avancement du théâtre canadien, a déclaré Gilles Ouellette, président et chef de la direction, groupe Gestion privée, BMO Groupe financier. J’aimerais également exprimer notre gratitude envers Mme Maureen Labonté et les autres membres du jury de cette année pour leur ferme engagement à rendre honneur à l’excellence. »

« Le jury a été impressionné par l’ampleur du talent et la diversité des styles de mise en scène représentés par les candidats de cette année, a déclaré la présidente du jury, Mme Maureen Labonté. L’esprit du Prix Siminovitch les a réellement inspirés et cet esprit se reflète dans la liste des finalistes dévoilée aujourd’hui.

« Le prix souligne non seulement l’excellence dans une œuvre en pleine évolution, mais aussi l’innovation, l’exploration et la prise de risques. Comme ce prix n’est pas décerné pour l’ensemble des réalisations d’un artiste, il a le potentiel très stimulant d’avoir une incidence réelle sur le parcours artistique du récipiendaire, en lui permettant d’aller de l’avant dans la poursuite de l’excellence », a ajouté Mme Labonté.

Les autres membres du jury sont :

  • Marie Clements, de Galiano Island, Colombie-Britannique, performeuse métis de la Colombie-Britannique primée, dramaturge, scénariste, metteur en scène, productrice et directrice artistique fondatrice de urban ink productions.
  • Jillian Keiley, de St. John’s, Terre-Neuve, a été directrice artistique et productrice des cérémonies de remise des médailles des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver et elle est actuellement directrice artistique de la compagnie Artistic Fraud of Newfoundland.
  • Alain Jean, d’Ottawa, Ontario, metteur en scène, acteur, enseignant, et actuellement directeur général et responsable du développement de l’Association des théâtres francophones du Canada.
  • Marti Maraden, de Stratford, Ontario, metteur en scène et actrice réputée, a été directrice artistique du Théâtre anglais du Centre national des Arts du Canada de 1997 à 2005.
  • Marcus Youssef, de Vancouver, Colombie-Britannique, producteur artistique du Neworld Theatre de Vancouver et directeur artistique associé du Magnetic North Theatre Festival d’Ottawa.

Le lauréat du Prix Siminovitch recevra 100,000$, dont il prélèvera 25,000$ afin de les remettre à un protégé ou à un organisme de son choix. Le prix sera décerné lors d’une cérémonie à Toronto, le 1er novembre 2010.

Processus de sélection
Le jury a étudié les dossiers de candidature de metteurs en scène professionnels canadiens qui ont favorisé l’avancement de la scène théâtrale canadienne par les œuvres qu’ils ont créées au cours des dernières années, tout en influençant et en inspirant de jeunes artistes de théâtre. Les jurés ont évalué l’originalité des candidats, leur souci d’évolution, leur maturité, la poursuite de leur expérimentation, l’accueil du public et leur influence sur des artistes plus jeunes. Ils se sont également demandé si ces artistes en étaient à une étape de leur carrière où la reconnaissance et les ressources qui accompagnent ce prix pouvaient avoir un effet déterminant, en les aidant et en les encourageant à poursuivre leur œuvre.

À propos du Prix Siminovitch
Le Prix Siminovitch de théâtre a été créé en 2001 en hommage au scientifique de renom Lou Siminovitch et à feue son épouse Elinore, auteure dramatique. Parrainé par BMO Groupe financier, le prix annuel le plus important dans le domaine des arts du théâtre au Canada récompense, par alternance et sur un cycle de trois ans, les réalisations dans les domaines de la mise en scène, de la dramaturgie et de la scénographie. Voici la liste des récipiendaires précédents :

  • Daniel Brooks, metteur en scène de Toronto, en 2001;
  • Carole Fréchette, dramaturge de Montréal, en 2002;
  • Louise Campeau, scénographe de Montréal, en 2003;
  • Jillian Keiley, metteur en scène de St. John’s, en 2004;
  • John Mighton, dramaturge de Toronto, en 2005;
  • Dany Lyne, conceptrice de décor et de costumes de Toronto, en 2006;
  • Brigitte Haentjens, metteur en scène de Montréal, en 2007;
  • Daniel McIvor, dramaturge de Toronto, en 2008.
  • Ronnie Burkett, scénographe de Calgary et Toronto, en 2009

Renseignements :
Sarah Bensadoun, Montréal, sarah.bensadoun@bmo.com, (514) 877-8224

Kim Collier
Avant de commencer sa carrière de metteure en scène, Kim a étudié le théâtre à l’Université de Victoria, le théâtre physique à Mime Unlimited, à Toronto, et obtenu, en 1994, un diplôme d’interprétation sanctionnant trois années d’études au Studio 58 de Vancouver. Un an plus tard, elle participe à la fondation de l’Electric Company Theatre dont le travail est rapidement reconnu à l’échelle nationale comme moteur de la renaissance du théâtre indépendant à Vancouver. Sous sa direction, la compagnie a créé une dizaine d’œuvres originales, issues d’un intense processus de collaboration, dont trois productions majeures « spécifiques au site ». Kim est de plus en plus présente sur les grandes scènes canadiennes et dans les festivals du pays, notamment au Theatre Calgary, au Festival TransAmérique, au Centre national des Arts, au Citadel Theatre et à la Canadian Stage Company. En 2011, son interprétation cinématique en direct de No Exit sera présentée par l’American Conservatory Theatre, à San Francisco. Kim a reçu de nombreux prix, notamment trois prix Jessie Richardson pour la mise en scène, un prix Betty Mitchell récompensant la meilleure production et, en 2009, le prix du Maire de Vancouver pour les arts.

Ron Jenkins
Originaire du Cap-Breton, M. Jenkins est metteur en scène à Edmonton depuis 1992. Il a été directeur artistique du Shadow Theatre, de Fringe Theatre Adventures et de Workshop West, et est membre fondateur du Skid Theatre et du November Theatre, pour qui il a dirigé The Black Rider, qui vient de terminer une tournée de dix ans au Tarragon Theatre. Voué à la création, M. Jenkins a écrit et mis en scène 27 nouvelles pièces canadiennes, dont 20 premières mondiales. Au cours des quatre dernières années seulement, il a dirigé des nouvelles pièces dans différents théâtres : Citadel, ATP, Vertigo, Tarragon, Factory, Passe Muraille, LKTYP, MTYP, GCTC, Concrete, Ghost River et Off-Broadway. Cette année, il livre ses mises en scène au Vancouver East Cultural Centre, au Belfry Theatre, au Vancouver Playhouse et, de nouveau, dans le cadre de productions Off-Broadway. Sa pièce Extinction Song, qu’il a dirigée pour le Citadel Theatre, a reçu le prix Sterling d’Edmonton en 2009 dans les catégories Nouvelle pièce exceptionnelle et Production exceptionnelle.

Ross Manson
Ross Manson est metteur en scène, acteur, traducteur, militant dans le domaine des arts et directeur artistique fondateur de Volcano, une compagnie de théâtre expérimental acclamée dans le monde entier. Le théâtre de Ross se caractérise par la curiosité intellectuelle, les collaborations interdisciplinaires, les longues périodes de gestation et le goût du risque. Volcano a recueilli 43 nominations pour un prix Dora, prix que la compagnie a remporté à 13 reprises, deux nominations aux Prix du Gouverneur général, le prix Carol Tambor au festival d’Édimbourg, le prix Scotsman Fringe First, le prix d’Amnistie Internationale pour la liberté d’expression (au festival d’Édimbourg), le NOW People’s Choice Award et le prix Chalmers pour les pièces de théâtre canadiennes. Plus récemment, Ross a monté au Rwanda la pièce Goodness, qui explore le génocide. Sa toute dernière production, The Africa Trilogy, une collaboration internationale faisant intervenir trois continents et six pays, examine les relations de l’Occident avec l’Afrique. La première aura lieu à l’occasion du festival Luminato. Ross est également le fer de lance d’initiatives comme le Go7, une série sur abonnement portant sur le théâtre indépendant et la danse; il a fondé le Volcano Conservatory, un programme parallèle de formation théâtrale, gère un service de logement pour artistes et a cofondé The Wrecking Ball, un cabaret-théâtre politique.

Alisa Palmer
Alisa Palmer est une metteure en scène, une dramaturge et une productrice de théâtre maintes fois primée. Elle compte parmi les rares metteurs en scène canadiens à transcender les genres et à diriger tant des classiques, des pièces contemporaines et des créations que des comédies musicales et des opéras. Ses mises en scène récentes sont nombreuses : Cloud 9, pour la compagnie Mirvish Productions, la première mondiale de Mimi, A Poisoner’s Comedy, de Rick Roberts, Melody Johnson et Allen Cole, compositeur, Sunday in the Park with George, reprise du grand succès de Stephen Sondheim présentée au Festival Shaw, The Blonde, The Brunette and the Vengeful Redhead, présentée au Manitoba Theatre Centre, ’Night Mother, au Soulpepper Theatre et The Clean House, pour la Canadian Stage Company. Sa production acclamée de Top Girls, présentée au Soulpepper, a été remontée l’automne dernier et lui a valu un prix Dora dans la catégorie Mise en scène exceptionnelle. Sa production d’East of Berlin, pour le Tarragon Theatre, est en tournée canadienne depuis deux ans et sera de retour au Tarragon pour une troisième fois cet hiver, du jamais vu. Mme Palmer en est à sa sixième saison au Festival Shaw, où elle a dirigé la première, la reprise et la tournée du succès de 2005, Belle Moral: A Natural History, d’Ann-Marie MacDonald, œuvre qui a aussi été présentée au Centre national des Arts, en plus des pièces suivantes : la première canadienne de Diana of Dobson’s, la comédie musicale Pal Joey et The Philanderer, de Georges Bernard Shaw. Alisa Palmer est à l’origine de la création de nombreuses pièces majeures qui ont tourné dans tout le pays, notamment Random Acts, de Diane Flacks, Sibs, de Richard Greenblatt et Diane Flacks, et enfin Smudge, première pièce professionnelle d’un auteur aveugle. En tant que metteure en scène, Alisa Palmer a reçu deux prix Dora dans les catégories Mise en scène exceptionnelle d’une comédie musicale pour Anything That Moves (qui a été remontée récemment au Belfry Theatre) et Mise en scène exceptionnelle d’une pièce de théâtre pour Top Girls. Comme dramaturge, Mme Palmer a également remporté deux prix Dora (collaboration au livret de la comédie musicale Anything That Moves avec Ann-Marie MacDonald et coauteure de i.d.) et deux Prix Chalmers (i.d. et A Play About the Mothers of Plaza de Mayo). Mme Palmer a été nommée deux fois finaliste du prestigieux Prix Siminovitch. Elle est récipiendaire du Prix d’excellence du Nouveau-Brunswick et du prix Harold pour son travail dans le domaine du théâtre indépendant. Elle a enseigné à l’Université de Toronto, à l’Université de Victoria, à l’Université Waterloo et à l’Université Ryerson, ainsi qu’à l’École nationale de théâtre du Canada. Elle a été directrice artistique du Nightwood Theatre, la plus grande compagnie de théâtre féministe du Canada, de 1994 à 2001. En 2005, elle a été metteure en scène résidente pour la première mondiale de The Lord of the Rings, avec Mirvish Entertainment. Elle a dirigé la création, la première et sept productions ultérieures de la pièce The Attic, The Pearls & Three Fine Girls (publiée par Scirocco Press), une création collective qui sera reprise cette année.

Soheil Parsa
Soheil Parsa est metteur en scène, acteur, auteur, dramaturge et chorégraphe. Sa carrière couvre trois décennies et deux continents. En Iran, d’où il est originaire, Soheil a étudié le théâtre à l’Université de Téhéran et amorcé une carrière d’acteur et de metteur en scène. Il est arrivé au Canada avec sa famille en 1984, où il a obtenu un baccalauréat en études théâtrales de l’Université York. Il a ensuite créé la Modern Times Stage Company, reconnue comme l’une des grandes compagnies de théâtre canadiennes au chapitre de la diversité culturelle. Depuis sa création et sous la direction artistique de Soheil, Modern Times a obtenu en tout 40 prix Dora et nominations à ce prix. Soheil a lui-même récolté trois prix Dora pour ses mises en scène et deux pour des cotraductions et des adaptations. Il s’est aussi vu décerner une bourse Chalmers et de nombreux prix internationaux. Soheil a présenté de grandes œuvres iraniennes au public canadien et en a dirigé les premières en anglais. En 2008, Playwrights Canada Press a publié une collection de ces œuvres.

Jennifer Tarver
Metteure en scène établie à Toronto, Jennifer Tarver travaille aux quatre coins du monde dans le milieu de l’opéra et du théâtre. Elle a récemment dirigé Brian Dennehy dans Krapp’s Last Tape, au Goodman Theater de Chicago. Au Festival de Stratford, elle a mis en scène Krapp’s Last Tape, Zastrozzi et, en première mondiale, King of Thieves, de George F. Walker. Autres premières canadiennes : Crave, au Nightwood Theatre, Thom Pain (based on nothing), au Tarragon Theatre, et Ines, un opéra fado, pour le Queen of Puddings Music Theatre. Ses créations et adaptations incluent Not Faust, History Play et, en collaboration avec la chorégraphe Susanna Hood, l’œuvre primée She’s Gone Away. Par ailleurs, Jennifer a dirigé les opéras Le viol de Lucrèce, L’Enfant et les sortilèges, La Flûte enchantée, Le Tour d’écrou et Le Songe d’une nuit d’été. NOW Magazine lui a décerné le titre de meilleur metteur en scène en 2007. Elle a également reçu le prix John Hirsch de mise en scène et le prix Pauline McGibbon en 2006. Sa composition des pièces de Beckett, That Time – Five Beckett Shorts (au Theatre Centre) lui a valu d’être mise en nomination à huit reprises pour un prix Dora, prix qu’elle a remporté quatre fois, notamment dans les catégories Meilleur metteur en scène et Meilleure production. Jennifer élabore actuellement une nouvelle œuvre d’après La Vie est un songe, de Calderon.

Back To Top
×Close search
Rechercher