Aller au contenu

Piquant la vedette : Joyce Padua et "My Fair Lady"

Image : Nom, Titre, Description

Joyce Padua s'assoit avec Sam, Gestionnaire de communauté du Siminovitch, pour discuter de son processus créatif dans la conception des costumes pour la production de My Fair Lady au Festival Shaw.

Son processus créatif pour My Fair Lady a commencé par une analyse du texte pour ses aspects narratifs, techniques et thématiques. Comme tous les grands stylistes, Joyce s'est plongée dans la recherche, s'immergeant dans les archives et le contexte historique de My Fair Lady, lisant, par exemple, Pygmalionde Bernard Shaw et étudiant le mythe grec original de Pygmalion.

À travers une exploration du langage des fleurs à l’époque victorienne, Joyce tisse subtilement du symbolisme dans chaque création, apportant un langage visuel riche à la distribution qui informe leur interprétation des personnages. Œuvrant en étroite collaboration avec la distribution, elle incorpore des éléments qui ne sont peut-être pas explicitement énoncés dans le scénario, mais qui servent à enrichir leur compréhension et leur interprétation de leurs rôles - par exemple en vêtant chaque personnage selon une fleur victorienne dont le symbolisme lui est unique. Elle considère les costumes comme faisant partie intégrante de l'expression non seulement des aspects extérieurs, mais aussi des émotions et des motivations intérieures.

Joyce relève avec enthousiasme le défi de donner vie à cette œuvre bien connue, en insufflant ses créations de nouvelles sources d’inspiration, tout en restant fidèle au récit original et en rendant hommage aux créations emblématiques de Cecil Beaton, qu'il s'agisse de ses productions scéniques ou cinématographiques. Par exemple, inspirée par le mythe de Pygmalion Joyce a choisi de déguiser les aristocrates de la scène de la course hippique Ascot en statues grecques grises, en contraste avec Eliza Doolittle qui apparaît vêtue d’un costume composé d'une fusion de blancs et de noirs, démontrant ainsi qu'elle a la palette pour mélanger les deux couleurs et se fondre dans la haute société, mais n'a pas encore le savoir-faire pour y arriver. 

La conception des costumes pour My Fair Lady reflète une compréhension nuancée à la fois de la vie intérieure riche des personnages, ainsi que du contexte historique de la pièce. Avec des clins d'œil aux célèbres robes emblématiques de Doolittle, Joyce met en évidence ses compétences uniques en tant que styliste, en incorporant des éléments tels que le langage des fleurs ainsi que des repères visuels subtils et historiquement conformes. Les contributions de Joyce ajoutent des couches de profondeur à la production, enrichissant l'expérience du public et soulignant l'interaction complexe entre le design, la performance et la narration.

Vous pouvez admirer l'incroyable œuvre de Joyce dans My Fair Lady u Festival Shaw dès aujourd'hui et jusqu'au 22 décembre.

Pour en savoir plus sur le travail de Joyce, consultez son site web.

Partager

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *